Catégorie : Invocations du matin

« Je demande pardon à Allah. » / « Allah est le Plus Grand. »

« Je demande pardon à Allah. » (100 fois).

« Gloire et pureté à Allah. » (100 fois) ».

« Louange à Allah. » (100 fois).

« Allah est le Plus Grand. » (100 fois).

« Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange et Il est capable de toute chose. » (100 fois).

Astaghfiru-llâh.

Subhâna-llâh wa bihamdi.

Al-hamdu li-llâh.

Allâhu akbar.

Lâ ilâha illa-llâhu wahdahu lâ sharîka lah. Lahu-l-mulku wa lahu-l-hamd, wa huwa ‘alâ kulli shayin Qadîr.

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Pas une matinée ne passe sans que je ne demande pardon à Allah cent fois ».

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Celui qui dit « Gloire et pureté à Allah » cent fois avant le lever du soleil et avant son coucher, [cela] est meilleur [pour lui] que [de posséder] cent chamelles. Et celui qui dit « Louange à Allah »cent fois avant le lever du soleil et avant son coucher, [cela] est meilleur [pour lui] que [de posséder] cent chevaux chargés [pour combattre] dans le sentier d’Allah. Quand à celui qui dit « Allah est le plus Grand » cent fois avant le lever du soleil et avant son coucher, [cela] est meilleur [pour lui] que d’affranchir cent esclaves. Enfin, celui qui dit « Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange, et Il est capable de toute chose » cent fois avant le lever du soleil et avant son coucher, personne ne viendra au Jour de la Résurrection avec une œuvre meilleure que la sienne, sauf celui qui en aura fait autant ou plus ».

As-Sahîhah n° 1600.
Sahîh At-Targhîb wa-t-Tarhîb n°658.

« Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange, Il donne la vie et la mort et Il est capable de toute chose. »

« Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange, Il donne la vie et la mort et Il est capable de toute chose. »

Lâ ilâha illa-llâhu wahdahu lâ sharîka lah. Lahu-l-mulku wa lahu-l-hamd, yuhyî wa yumît, wa huwa ‘alâ kulli shayin Qadîr.

Mérite :

Celui qui récite cette invocation le matin, Allah lui inscrit pour cela dix bonnes actions, lui efface dix péchés, elle équivaut pour lui à l’affranchissement de dix esclaves et Allah le protége de Satan. Il en est de même pour celui qui la récite le soir venu.

As-Sahîhah n° 2563.

« Gloire, pureté et louange à Allah l’Immense. »

« Gloire, pureté et louange à Allah l’Immense. » (100 fois).

Subhâna-llâhi-l-‘Adhîmi wa bi-hamdih.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah », matin et soir, personne ne viendra au Jour de la Résurrection avec une œuvre meilleure que la sienne, sauf celui qui en aura fait autant ou plus.
Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah l’Immense », matin et soir, personne parmi les créatures n’aura apporté ce qu’il aura apporté.
Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah », matin et soir, ses péchés seront effacés, même fussent-ils aussi importants que l’écume de la mer ».

Sahîh Muslim n° 2692.

« Gloire, pureté et louange à Allah. »

« Gloire, pureté et louange à Allah. » (100 fois).

Subhâna-llâhi wa bi-hamdih.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah », matin et soir, personne ne viendra au Jour de la Résurrection avec une œuvre meilleure que la sienne, sauf celui qui en aura fait autant ou plus.
Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah l’Immense », matin et soir, personne parmi les créatures n’aura apporté ce qu’il aura apporté.
Celui qui dit cent fois : « Gloire, pureté et louange à Allah », matin et soir, ses péchés seront effacés, même fussent-ils aussi importants que l’écume de la mer ».

Sahîh Muslim n° 2692.

« Gloire, pureté et louange à Allah, autant que le nombre de Ses créatures, autant de fois qu’il le faut pour Le satisfaire, d’un nombre égal au poids de Son Trône et au nombre indéterminé de Ses paroles. »

« Gloire, pureté et louange à Allah, autant que le nombre de Ses créatures, autant de fois qu’il le faut pour Le satisfaire, d’un nombre égal au poids de Son Trône et au nombre indéterminé de Ses paroles. »

Subhâna-llâhi wa bi-hamdih, ‘adada khalqih, wa ridâ nafsih, wa zinata ‘arshih, wa midâda kalimâtih.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) sortit un matin de chez Juwayriyah Bint Al-Hârith après avoir accompli la prière du matin, tandis qu’elle restait assise à l’endroit où elle avait effectué sa prière. Puis il revint après que le jour soit levé ; la trouvant assise comme il l’avait laissée. Il lui demanda : « Tu n’as pas changé de posture depuis que je t’ai quittée ? »
« Non. » répondit-elle »
Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) dit alors : « Après t’avoir quittée, j’ai prononcé à trois reprises quatre formules qui si elles étaient pesées, pèseraient plus lourd que tout ce que tu as dit depuis ce matin : Gloire, pureté et louange à Allah…»

Sahîh Muslim n° 2090.

« Nous voici au matin, en conformité avec la saine disposition qu’est l’Islam, avec la parole du monothéisme, avec la religion de notre Prophète Mohammed »

« Nous voici au matin, en conformité avec la saine disposition qu’est l’Islam, avec la parole du monothéisme, avec la religion de notre Prophète Mohammed et sur la voie de notre père Ibrâhîm qui vouait un culte exclusif à Allah, soumis à Lui, et n’était point du nombre des polythéistes. »

Asbahna ‘alâ fitrati-l-islâm, wa ‘alâ kalimati-l-ikhlâs, wa ‘alâ dîni nabiyyinâ Muhammad, wa ‘alâ millati abîna Ibrâhîma hanîfan muslimâ, wa mâ kâna min al-mushrikîn.

As-Sahîhah n° 2989.

« Ô Allah ! Je Te demande [de m’accorder] un savoir utile, une subsistance licite et des œuvres que Tu agrées. »

« Ô Allah ! Je Te demande [de m’accorder] un savoir utile, une subsistance licite et des œuvres que Tu agrées. »

Allâhumma innî asaluka ‘ilman nâfi’â, wa rizqan tayyibâ, wa ‘amalan mutaqabbalâ.

Mérite :

Parvenu au matin, le Prophète (صلى الله عليه وسلم) disait lorsqu’il invoquait [son Seigneur] : « Ô Allah ! Je Te demande [de m’accorder] un savoir utile… »

Sahîh Ibn Mâjah n° 925

« Ô Allah ! Préserve mon corps. Ô Allah ! Préserve mon ouïe. Ô Allah ! Préserve ma vue. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi. »

« Ô Allah ! Préserve mon corps. Ô Allah ! Préserve mon ouïe. Ô Allah ! Préserve ma vue. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi. Ô Allah ! Je cherche refuge auprès de Toi contre la mécréance et la pauvreté. Je me mets sous Ta protection contre les tourments de la tombe. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi. » (3 fois).

Allâhumma ‘âfinî fî badanî. Allâhumma ‘âfinî fî sam’î. Allâhumma ‘âfinî fî basarî. Lâ ilâha illâ ant. Allâhumma innî a’ûdhu bika min al-kufri wa-l-faqr. Wa a’ûdhu bika min ‘adhâbi-l-qabr. Lâ ilâha illâ ant.

Sahîh Abû Dâwûd n°5090.

« Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange et Il est capable de toute chose. »

« Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange et Il est capable de toute chose. »

Lâ ilâha illa-llâhu wahdahu lâ sharîka lah. Lahu-l-mulku wa lahu-l-hamdu, wa huwa ‘alâ kulli shayin Qadîr.

Mérite :

Celui qui prononce cette invocation au matin aura la récompense de l’affranchissement d’un esclave de la descendance d’Ismâ’îl, de plus dix bonnes actions seront inscrites à son compte, dix péchés lui seront effacés, il sera élevé de dix degrés et sera protégé contre le diable jusqu’au soir. S’il prononce cette formule le soir il jouira des mêmes faveurs jusqu’au matin.

Sahîh Abû Dâwûd n°5077.

« Ô Allah ! Connaisseur de l’invisible et de l’apparent, Créateur des cieux et de la Terre, Seigneur et Possesseur de toute chose, j’atteste qu’il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi »

« Ô Allah ! Connaisseur de l’invisible et de l’apparent, Créateur des cieux et de la Terre, Seigneur et Possesseur de toute chose, j’atteste qu’il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi, je cherche refuge auprès de Toi contre le mal de mon âme, contre le mal de Satan et de son polythéisme et contre le fait de me faire du mal à moi-même ou d’en faire à un musulman. »

Allâhumma ‘Âlima-l-ghaybi wa-sh-shahâdah, Fâtira-s-samâwâti wa-l-ard, Rabba kulli shayin wa Malîkah. Ash-hadu an lâ ilâha illâ ant. A’ûdhu bika min sharri nafsî, wa min sharri-sh-shaytâni wa shirkih, wa an aqtarifa ‘alâ nafsî sûan aw ajurrahu ilâ muslim.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Dis ceci arrivé au matin, arrivé au soir et lorsque tu rejoins ta couche. »

Sahîh At-Targhîb wa-t-Tarhîb n°661

« Ô Toi le Vivant, Celui qui n’a besoin de rien et dont toute chose dépend, j’implore secours auprès de Ta miséricorde. Améliore ma situation en tout point et ne me laisse pas à mon propre sort ne serait-ce le temps d’un clin d’œil. »

« Ô Toi le Vivant, Celui qui n’a besoin de rien et dont toute chose dépend, j’implore secours auprès de Ta miséricorde. Améliore ma situation en tout point et ne me laisse pas à mon propre sort ne serait-ce le temps d’un clin d’œil. »

Yâ Hayyû yâ Qayyûmu bi-rahmatika astaghîth. Aslih lî shanî kullah, wa lâ takilnî ilâ nafsî tarfata ‘ayn.

Sahîh At-Targhîb wa-t-Tarhîb n°661

« Ô Allah ! Je te demande le salut dans cette vie et dans l’au-delà.»

« Ô Allah ! Je te demande le salut dans cette vie et dans l’au-delà. Ô Allah ! Je Te demande le pardon et le salut dans ma religion, ma vie, ma famille et mes biens. Ô Allah ! Cache mes défauts et mets-moi à l’abri de toutes mes craintes. Ô Allah ! Protège-moi par devant, par derrière, sur ma droite, sur ma gauche et au-dessus de moi. Je me mets sous la protection de Ta grandeur pour ne pas être enseveli. »

Allâhumma innî asaluka-l-‘âfiyata fi-d-duniyâ wa-l-âkhirah. Allâhumma innî asaluka-l-‘afwa wa-l-‘âfiyata fî dînî, wa dunyâya, wa ahlî, wa mâlî. Allâhumma stur ‘awrâtî, wa âmin raw’âtî. Allâhumma hfadhnî min bayni yadayya, wa min khalfî, wa ‘an yamînî, wa ‘an shimâlî, wa min fawqî. Wa a’ûdhu bi-‘adhamatika an ughtâla min tahtî.

Mérite :

Le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) ne délaissait jamais ces invocations, arrivé au soir ou au matin : « Ô Allah ! Je te demande le salut dans cette vie et dans l’au-delà… »

Sahîh Abû Dâwûd n°5074.

« Ô Allah ! Tu es mon Seigneur. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi.»

« Ô Allah ! Tu es mon Seigneur. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi. Tu m’as créé et je suis Ton serviteur, je me conforme autant que je peux à mon engagement et à ma promesse vis-à-vis de Toi. Je cherche refuge auprès de Toi contre le mal que j’ai commis. Je reconnais Ton bienfait à mon égard et je reconnais mon péché. Pardonne-moi donc, en effet nul autre que Toi ne pardonnes les péchés. »

Allâhumma anta Rabbî, lâ ilâha illâ ant. Khalaqtanî wa ana ‘abduk, wa ana ‘alâ ‘ahdika wa wa’dika mâ stata’t. A’ûdhu bika min sharri mâ sana’t. Abûu laka bi-ni’matika ‘alayya wa abûu bi-dhanbî fa-ghfir lî, fa-innahu lâ yaghfiru-dh-dhunûba illâ ant.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit que ceci est la demande de pardon par excellence et que celui qui prononcera dans la journée cette formule avec conviction puis mourra avant la nuit, sera parmi les gens du Paradis. Et que celui qui la prononcera la nuit avec conviction puis mourra avant l’aube sera [aussi] parmi les gens du Paradis.

Sahîh Al-Bukhârî n° 5947.

« Nous voilà au matin et la Royauté appartient à Allah, le Seigneur de l’Univers. »

« Nous voilà au matin et la Royauté appartient à Allah, le Seigneur de l’Univers. Ô Allah ! Je Te demande le bien de ce jour : ce qu’il contient comme conquêtes, victoires, lumière, bénédiction et guidée. Je cherche refuge auprès de Toi contre le mal qu’il contient et le mal qui vient après lui. »

Asbahnâ wa asbaha-l-mulku li-llâhi Rabbi-l-‘âlamîn. Allâhumma innî asaluka khayra hâdha-l-yawmi : fat-hahu, wa nasrahu, wa nûrahu, wa barakatahu, wa hudâh. Wa a’ûdhu bika min sharri mâ fîhi wa sharri mâ ba’dah.

Sahîh Al-Jâmi’ n° 352.