Auteur/autrice : prieres

« Ô Allah ! Tu es mon Seigneur. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi.»

« Ô Allah ! Tu es mon Seigneur. Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors de Toi. Tu m’as créé et je suis Ton serviteur, je me conforme autant que je peux à mon engagement et à ma promesse vis-à-vis de Toi. Je cherche refuge auprès de Toi contre le mal que j’ai commis. Je reconnais Ton bienfait à mon égard et je reconnais mon péché. Pardonne-moi donc, en effet nul autre que Toi ne pardonnes les péchés. »

Allâhumma anta Rabbî, lâ ilâha illâ ant. Khalaqtanî wa ana ‘abduk, wa ana ‘alâ ‘ahdika wa wa’dika mâ stata’t. A’ûdhu bika min sharri mâ sana’t. Abûu laka bi-ni’matika ‘alayya wa abûu bi-dhanbî fa-ghfir lî, fa-innahu lâ yaghfiru-dh-dhunûba illâ ant.

Mérite :

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit que ceci est la demande de pardon par excellence et que celui qui prononcera dans la journée cette formule avec conviction puis mourra avant la nuit, sera parmi les gens du Paradis. Et que celui qui la prononcera la nuit avec conviction puis mourra avant l’aube sera [aussi] parmi les gens du Paradis.

Sahîh Al-Bukhârî n° 5947.

« Nous voilà au matin et la Royauté appartient à Allah, le Seigneur de l’Univers. »

« Nous voilà au matin et la Royauté appartient à Allah, le Seigneur de l’Univers. Ô Allah ! Je Te demande le bien de ce jour : ce qu’il contient comme conquêtes, victoires, lumière, bénédiction et guidée. Je cherche refuge auprès de Toi contre le mal qu’il contient et le mal qui vient après lui. »

Asbahnâ wa asbaha-l-mulku li-llâhi Rabbi-l-‘âlamîn. Allâhumma innî asaluka khayra hâdha-l-yawmi : fat-hahu, wa nasrahu, wa nûrahu, wa barakatahu, wa hudâh. Wa a’ûdhu bika min sharri mâ fîhi wa sharri mâ ba’dah.

Sahîh Al-Jâmi’ n° 352.

« Nous voilà au matin et le règne appartient à Allah. Louange à Allah, Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé».

« Nous voilà au matin et le règne appartient à Allah. Louange à Allah, Il n’y a aucune divinité [digne d’être adorée] en dehors d’Allah, Seul, sans associé. À Lui la royauté, à Lui la louange et Il est capable de toute chose. Seigneur ! Je Te demande le bien que contient ce jour et le bien qui vient après. Et je cherche refuge auprès de Toi contre le mal que contient ce jour et le mal qui vient après. Seigneur ! Je cherche refuge auprès de Toi contre la paresse et les maux de la vieillesse. Je cherche refuge auprès de Toi contre le châtiment de l’Enfer et contre les tourments de la tombe. »

Asbahnâ wa asbaha-l-mulku li-llâhi wa-l-hamduli-llâh. Lâ ilâha illâ llâhu wahdahu lâ sharîka lah, lahu-l-mulku wa lahu-l-hamdu wa huwa ‘alâ kulli shayin Qadîr. Rabbi, asaluka khayra mâ fî hâdha-l-yawmi wa khayra mâ ba’dah. Wa a’ûdhu bika min sharri mâ fî hâdha-l-yawmi wa sharri mâ ba’dah. Rabbi a’ûdhu bika min al-kasali wa sûi-l-kibar. Rabbi a’ûdhu bika min ‘adhâbin fi-n-nâri wa ‘adhâbin fi-l-qabr.

Mérite :

Le Messager d’Allah enseignait à ses Compagnons ceci : « Si l’un de vous parvient au matin qu’il dise : Ô Allah ! C’est par Toi que nous nous retrouvons au matin et c’est par Toi que nous nous retrouvons au soir… »

Sahîh Muslim n° 2723

« Ô Allah ! C’est par Toi que nous nous retrouvons au matin et c’est par Toi que nous nous retrouvons au soir. C’est par Toi que nous vivons et c’est par Toi que nous mourons et c’est vers Toi que se fera la Résurrection. »

« Ô Allah ! C’est par Toi que nous nous retrouvons au matin et c’est par Toi que nous nous retrouvons au soir. C’est par Toi que nous vivons et c’est par Toi que nous mourons et c’est vers Toi que se fera la Résurrection. »

Allâhumma bika asbahnâ, wa bika amsaynâ, wa bika nahyâ, wa bika namût, wa ilayka-n-nushûr.

Merite :

Le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) enseignait à ses Compagnons ceci : « Si l’un de vous parvient au matin qu’il dise : Ô Allah ! C’est par Toi que nous nous retrouvons au matin et c’est par Toi que nous nous retrouvons au soir… »

As-Sahîhah n° 262.

« Au nom d’Allah, tel qu’en compagnie de Son Nom rien sur Terre ni au ciel ne peut nuire, Lui l’Audient, l’Omniscient. »

Bi-smi-llâhi-lladhî lâ yadurru ma’a-smihi shayun fi-l-ardi wa lâ fi-s-samâi wa huwa-s-Samî’-ul-‘Alîm. (3 fois)

Mérite :

Celui qui récitera cette invocation le matin, rien ne lui nuira jusqu’au soir; quant à celui qui la récitera le soir rien ne lui nuira jusqu’au matin.

Sahîh At-Tirmidhî n° 3388.

Sourate An-Nâs

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes ۞ Le Souverain des hommes ۞ Dieu des hommes ۞ contre le mal du mauvais conseiller, furtif ۞ qui souffle le mal dans les poitrines des hommes ۞ qu’il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain. »

Sourate An-Nâs (3 fois)

Sourate 114.

Sourate Al-Falaq

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante ۞ contre le mal des êtres qu’Il a créés ۞ contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit ۞ contre le mal de celles qui soufflent (les sorcières) sur les nœuds ۞ et contre le mal de l’envieux quand il envie. »

Sourate Al-Falaq (3 fois)

Sourate 113.

Réciter Âyatu-l-Kursî.

« Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui n’a besoin de rien et dont toute chose dépend « al-Qayyûm ». Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. À Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la Terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n’embrassent que ce qu’Il veut. Son Kursî (Piédestal) déborde les cieux et la Terre et leur garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, l’Immense. »

Sourate Al-Baqarah, verset 255

Mérite:

Muhammad Ibn Ubay Ibn Ka’b rapporte de son père qu’il possédait une urne remplie de dattes dont la quantité diminuait, alors il la surveilla une nuit. Tout à coup, il se trouva face à une bête de la corpulence d’un jeune adolescent pubère. Il la salua et elle lui rendit sa salutation. Il demanda : « Qu’es-tu-donc ? Es-tu un djinn ou un humain ? »
Elle répondit : « Un djinn. »
Il lui dit : « Donne-moi ta main. ».
Sa main était une patte de chien et ses poils, des poils de chiens. Il demanda :
« Est-ce à cela que ressemblent les djinns ? »
La bête lui dit : « Les djinns savent bien qu’il n’y a pas parmi eux plus terrible que moi. »
Il reprit : « Qu’est-ce qui t’amène ? »
La bête répondit : « On nous a rapporté que tu aimais donner l’aumône. Aussi avons-nous voulu avoir une part de ta nourriture. »
Il poursuivit : « Qu’est-ce qui nous protège de vous ? »
La bête répondit : « Ce verset qui se trouve dans la Sourate Al-Baqarah : {Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui n’a besoin de rien et dont toute chose dépend « al-Qayyûm »} Celui qui le récite au soir sera protégé de nous jusqu’au matin et celui qui le récite parvenu au matin sera protégé de nous jusqu’au soir. Le lendemain, matin il rapporta cet épisode au Messager d’Allah qui lui dit : « Le malin a dit vrai. »

Sahîh Al-Kalim At-Tayyib n° 22.